AccueilDémocratie

Après un tollé, Hong Kong renonce à obliger les domestiques à se faire vacciner

Publié le

par Astrid Van Laer

Image d’illustration. Centre de vaccination contre le Covid-19, Hong Kong, le 23 février 2021. © Paul Yeung / POOL / AFP

Cette mesure visant les employées de maison étrangères avait été critiquée pour ses "relents de discrimination".

Mardi, Hong Kong a renoncé à un projet qui avait suscité un vif tollé : ce dernier visait à rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire pour les employées de maison étrangères.

Les autorités ont toutefois annoncé que les 370 000 domestiques travaillant à Hong Kong, pour l’essentiel des Philippines et des Indonésiennes, devront subir un deuxième test de dépistage au Covid-19 après un premier test qui devait avoir été effectué au 9 mai.

Selon le projet controversé, ces employées, appelées "helpers" ou assistantes, faiblement rémunérées, devaient prouver avoir reçu deux doses de vaccin pour faire une demande de visa de travail ou changer d’employeur. Mardi, la cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, a finalement annoncé y renoncer.

"Le gouvernement a décidé de ne pas rendre la vaccination obligatoire pour le renouvellement du contrat des domestiques", a-t-elle déclaré, ajoutant que cette décision a été prise à l’issue de rencontres avec des représentants philippins et indonésiens.

Le secrétaire philippin des Affaires étrangères Teodoro Locsin avait estimé que ce projet avait des "relents de discrimination".

En avril, les autorités sanitaires de Hong Kong avaient annoncé que ces employées de maison devraient se faire vacciner et tester après que deux d’entre elles avaient été testées positives à l’un des variants les plus virulents du Covid-19.

Elles avaient invoqué le fait que ces domestiques représentaient un "risque important" car travaillant souvent avec des personnes âgées et se rassemblant le dimanche dans des parcs lors de leur unique jour de repos hebdomadaire.

Moins de 12 000 contaminations

Des associations représentant ces employées ont regretté que les familles pour lesquelles elles travaillent ainsi que les employés des maisons de retraite ne soient pas obligés de se faire vacciner.

Elles ont également souligné que le reste de la population étrangère, généralement plus riche, tels les cadres travaillant dans la finance, n’ont pas été soumis à une telle obligation quand des cas sont apparus dans leur secteur.

La récente campagne de dépistage parmi ces domestiques a permis de découvrir trois cas de Covid-19 en neuf jours. Mardi, Carrie Lam a déclaré que celles qui ne sont pas vaccinées seront soumises à un second test d’ici la fin du mois. Cette annonce a aussitôt suscité la colère, un diplomate philippin estimant qu’elle "ne sera pas bien accueillie par la communauté".

Très densément peuplé, Hong Kong affiche un peu moins de 12 000 contaminations et 210 décès attribués au Covid-19, notamment grâce à de sévères restrictions et à un port du masque très respecté.

Jusqu’à présent, seuls 16 % des habitants de Hong Kong, qui compte près de 7,5 millions de personnes, ont été vaccinés, ce qui est loin de l’objectif de 60 à 70 % considéré comme nécessaire pour obtenir une immunité collective.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :