©Aurelien Meunier/Getty Images

Bygmalion : la cour d’appel confirme le renvoi de Nicolas Sarkozy en correctionnelle, il va contester

Nicolas Sarkozy va se pourvoir en Cassation pour contester cette décision.

(© Aurelien Meunier/Getty Images)

Jeudi 25 octobre, la cour d’appel de Paris a confirmé le renvoi devant le tribunal correctionnel de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bygmalion. L’ancien président est jugé pour "financement illégal" de sa campagne électorale de 2012.

Publicité

Conformément aux réquisitions du parquet général, la chambre de l’instruction a rejeté le recours de Nicolas Sarkozy contre la décision du juge d’instruction qui avait ordonné en février 2017 son renvoi en procès pour avoir dépassé le plafond des dépenses électorales de sa campagne présidentielle, rapporte l’AFP.

Son avocat, Thierry Herzog, a annoncé que lui et son client allaient se pourvoir devant la Cour de Cassation pour contester ce jugement et que la Cour "dise le droit".

L’affaire Bygmalion avait éclaboussé l’ancien chef d’État en mai 2014. Plusieurs membres de l’équipe de Nicolas Sarkozy sont soupçonnés d’avoir élaboré un système de fausses factures permettant de contourner le plafond de dépenses légales autorisé, établi à 22,5 millions d’euros.

Publicité

Son ex-directeur adjoint lors de la campagne présidentielle de 2012, Jérôme Lavrilleux, avait fondu en larmes sur le plateau de BFMTV, à la stupeur générale, évoquant un "engrenage irrésistible", "un train qui file à grande vitesse" et des "personnes qui auraient dû tirer sur le signal d’alarme mais qui ne l’ont pas fait" :

Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui ne manquent pas d’ironiser sur la situation en rappelant à Nicolas Sarkozy ses propres propos :

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 25/10/2018

Copié

Pour vous :