AccueilDémocratie

Accusé de viol, Damien Abad n’envisage pas de démissionner

Publié le

par Emma Couffin

"Un homme innocent doit-il démissionner ? Je ne crois pas", déclare le nouveau ministre des Solidarités, invoquant son handicap pour se défendre.

Accusé de viol, Damien Abad n’envisage pas de démissionner

© Capture d’écran franceinfo

Tout juste nommé ministre des Solidarités de l’Autonomie et des Personnes handicapées, Damien Abad fait face à de graves accusations de viols sur deux femmes en 2010 et en 2011, apprend-on dans un article publié samedi par Mediapart. Dans un communiqué, l’ex-président du groupe LR à l’Assemblée nationale a contesté "avec la plus grande force" ces accusations.

Ce lundi 23 mai, vers 18 heures, il répond à la presse depuis la mairie de Saint-Jean-le-Vieux, dans l’Ain, sa circonscription. Accusant la classe politique de s’acharner sur son sort, il déclare : "Cette plainte ressurgit à chaque moment politique clé de ma vie. C’était le cas au moment de la présidentielle quand je soutenais François Fillon du groupe, certains l’ont agitée ensuite au moment de la présidence du groupe et, comme par hasard, elle revient lors de la passation de pouvoir au ministère."

Entre autres, il évoque son handicap comme la preuve de son incapacité à imposer toute contrainte. Souffrant d’une arthrogrypose congénitale, il déclare : "Dans ma situation, l’acte sexuel ne peut survenir qu’avec l’assistance et la bienveillance de ma partenaire. Il ne m’est nullement possible d’imposer telle ou telle pratique, tel ou tel geste."

Suite aux accusations, Damien Abad n’a nulle intention de quitter son poste : "Est-ce qu’un homme innocent doit démissionner ? Ce n’est pas mon avis." Olivia Grégoire, la nouvelle porte-parole du gouvernement, semble être de cet avis et déclare que "la justice est la seule à devoir et à pouvoir trancher". Affaire à suivre…

À voir aussi sur news :